Retour aux actualités

Philippines : un an après le passage du typhon « Haiyan », 13 collaborateurs participent à la reconstruction d’une école



Du 20 au 22 novembre 2014, 13 collaborateurs du Sofitel Plaza Manilla ont participé à la reconstruction d’une école sur l’île de Busuanga, à l’ouest des Philippines, dévastée par le typhon « Haiyan » en 2013.



Ils se sont engagés aux côtés l’ONG ABS-CBN Foundation, qui a pour objectifs la protection de l’enfance, de l'éducation et de l'environnement, mais qui intervient également en cas de catastrophes humanitaires dans des projets de reconstruction. Après s’être envolée pour l’île Busuanga, l’équipe du Sofitel Plaza Manilla a commencé la rénovation des classes Les collaborateurs Sofitel n’ont pas hésité à monter sur les tables pour planter des clous au plafond! Ils avaient créé pour l’occasion des T-shirts « Moving People with Magnifique Moments ».

 


Durant leur pause matinale, ils n’ont pas pris de répit et ont profité de ce moment plus calme pour distribuer des snacks à 100 enfants des villages alentours sinistrés par le typhon. Ils ont poursuivi leur action en replantant des arbres autour des classes, car toute la flore a été dévastée par le typhon.  Solidarity Accor soutient ABS-CBN Foundation depuis 2014 et a financé la construction de cette école, initiative portée par des collaborateurs du Sofitel Plaza Manilla.

 

photo
Bing Lingao - Directrice des Ventes 

« Cette activité m’a ouvert les yeux car même s’ils avaient les fonds nécessaires à la reconstruction des classes d’école, ce dont ils avaient besoin était la main d’œuvre pour finaliser la reconstruction. »


photo  

Belmor De Pablo - Portier

« Ma famille à Aklan a été frappée par le typhon Yolanda [nom local donné au typhon Haiyan] l’année dernière. […] C’est ma manière simple de dire merci, en leur rendant la pareille et en aidant ceux qui ont aussi été touchés par le désastre. C’était une expérience exceptionnelle de voir les visages heureux de ceux que nous aidions. C’était une tâche difficile mais qui valait la peine pour tous ces bons moments passés avec les gens de Busuanga. »