Retour aux actualités

5 questions à ... Doan Van Hung, architecte urbain vietnamien à Hô-Chi-Minh-Ville

Doan Van Hung est né à Quang Ngai, une province du Vietnam vivant principalement d’activités agricoles. Il a grandi dans cette région vietnamienne, où prime avant toute chose le respect de la nature et de l’environnement. C’est cet amour des plantes qui l’a conduit plus tard à s’orienter vers des études de paysagiste urbain, à l’université d’architecture de Hô-Chi-Minh-Ville. 

Aujourd’hui, Doan Van Hung est un architecte de renom au Vietnam, spécialisé dans les murs végétaux et l’architecture urbaine.

Il est très fortement impliqué aux côtés de l’ONG Green Youth Collective (GYC), soutenu par Solidarity AccorHotels et les équipes AccorHotels au Vietnam depuis 2013 et qui a pour but de former des jeunes en difficulté aux « métiers verts ». 

 

 

Retour sur cet engagement et les projets de Doan Van Hung :

  • Qu’est-ce qui vous a amené à travailler dans le domaine de l’architecture urbaine et plus particulièrement les murs végétaux ?

Mon premier projet est né lorsque j’étais en deuxième année à l’université : j’ai commencé à concevoir et installer des jardins chez des particuliers ou dans des bureaux de la ville. L’année suivante, j’ai commencé à m’intéresser particulièrement aux jardins verticaux. J’ai énormément appris de Patrick Blanc, biologiste et botaniste français, pionnier du concept, qui m’a initié à l’utilisation de matériaux locaux pour la conception de murs verticaux.

Cette initiative correspondait parfaitement à la demande croissante des habitants de Hô-Chi-Minh-Ville qui, fatigués par la forte urbanisation de la ville, rêvaient d’embellir leurs lieux de vie en y apportant des touches végétales. 

Ceci a été mon point de départ, un véritable déclic : j’ai commencé à avoir de plus en plus de clients et à mettre en place des projets de plus grande envergure.

  • Pourquoi et comment êtes-vous entré en contact avec GYC ?

C’est à peu près au même moment que j’ai connu GYC. Cette ONG, en phase avec mes sujets d’étude et mes différents travaux, est avant tout pour moi un lieu d’échange où je peux partager mes rêves avec les jeunes du programme, leur présenter des choix durables et respectueux de l’environnement tout en leur apportant mon expertise.

J’ai décidé de participer au programme GYC car je voulais contribuer à mon échelle à cette communauté de jeunes vietnamiens défavorisés et marginalisés mais sensibles aux thématiques des jardins verticaux et en plein processus de formation et d’apprentissage. Ces actions ne sont pas forcément grandes mais elles sont nécessaires afin d’accompagner les nouvelles générations vietnamiennes dans leur rapport à la nature et à l’urbanisation !

  • Quels sont vos projets avec GYC ?

Mes projets aux côtés de GYC évoluent avec le temps et leurs besoins. Je prends notamment part à certaines formations et dispense des cours aux bénéficiaires. Ces échanges sont très riches.

J’accueille également certains jeunes dans mon entreprise, « les paysages Hung Doan ». C'est non seulement une occasion unique de transformer concrètement leur vie en leur donnant une chance d’accéder à l’emploi mais c’est aussi l’occasion d’éveiller leurs pensées et de les amener à apprendre d'eux même. Il n’y a rien de plus efficace !

  • Pouvez-vous nous parler un peu plus de votre entreprise et de vos réalisations ?

L’entreprise d'architecture « les paysages Hung Doan » a été créée dans le but de mettre la ville au vert et de sensibiliser les nouvelles générations à ces sujets. Les travaux réalisés sont des rêves pour moi : l’hôtel Rex dans le 1er arrondissement, l'hôpital esthétique Viet-My, l'immeuble Exim, l'école Dinh Thien Ly, l'immeuble Estanla, l'immeuble Villapark dans le 9eme arrondissement, beaucoup de maisons, etc. Il y a également beaucoup de restaurants, de brasseries et de parcs d'attraction. Le champ des possibles est immense et c’est ce qui est si inspirant !

  • A présent, quels sont vos projets à venir ?...

Je vais participer au maximum aux activités de GYC et contribuer au développement de ce  groupe afin de réaliser encore plus de projets « verts » : l’installation de jardins communautaires, amener les architectes à changer leur mode de pensées pour aider à construire une ville plus verte, propre et ainsi se rapprocher du projet " Ville dans le Jardin" qui me tient tant à cœur.

 

Capture